Moins de tués et de blessés graves sur les routes en 2016

Berne, 14.03.2017 – En 2016, 216 personnes ont perdu la vie sur les routes suisses, soit 37 de moins qu’en 2015. Le nombre de blessés graves a quant à lui fléchi de 1 % pour s’établir à 3785. Par ailleurs, les motocyclistes et les piétons ont eu moins d’accidents. S’agissant des cyclistes et des conducteurs de vélos électriques, les chiffres demeurent à un niveau élevé. Tel est le bilan du registre des accidents de l’Office fédéral des routes (OFROU).

L’année dernière, le nombre de victimes d’accidents mortels s’est inscrit en baisse de 15 % par rapport à 2015, avec 216 tués. Depuis le début des comptages à l’échelle nationale en 1940, seule l’année 1945 a connu moins de victimes (211 tués). En 1971, on déplorait encore 1773 morts sur les routes (niveau record). Depuis, ce chiffre n’a cessé de baisser (-88 % au total).

Amélioration de la situation pour les motocyclistes

Le nombre de motocyclistes tués a également diminué. En 2016, 43 d’entre eux ont succombé à leurs blessures après un accident de la route (-35 %). S’agissant des occupants de voitures de tourisme, 75 décès ont été déplorés, soit autant que l’année précédente. Le nombre de blessés graves a diminué de 1 %.

Un nombre élevé de cyclistes et de conducteurs de vélos électriques tués et grièvement blessés

En 2016, 24 cyclistes ont péri sur les routes, soit un de moins qu’en 2015. Par contre, le nombre de blessés graves a légèrement augmenté, passant de 838 à 854 personnes.

La présence accrue de vélos électriques sur les routes ces dernières années a conduit à une nette augmentation du nombre de victimes d’accidents ; le nombre de tués et de blessés graves a même atteint un record, respectivement en 2015 et 2016. Avec un total de 210 victimes d’accidents, les chiffres s’inscrivent à la hausse. Deux tiers de ces personnes sont âgées de plus de 50 ans. Près d’un quart des conducteurs de vélos électriques victimes d’accidents graves roulaient avec un vélo électrique rapide équipé d’une assistance au pédalage active jusqu’à 45 km/h.

Moins de piétons tués

L’an passé, 50 piétons ont été tués dans un accident, soit 14 % de moins qu’en 2015. Parmi eux figuraient cinq enfants en bas âge (4 ans et moins). Tous ont eu un accident en dehors d’un passage pour piétons. Un peu moins de la moitié des piétons décédés étaient des seniors. La majorité d’entre eux ont également perdu la vie en dehors d’un passage pour piétons.

Moins de tués sur les autoroutes et les semi-autoroutes

En 2016, le nombre de personnes tuées sur les autoroutes ou les semi-autoroutes a diminué pour s’établir à 28, dont 20 étaient des occupants de voitures de tourisme. Quatre touristes ont péri dans un accident tragique aux abords du portail sud du Gothard.

Remarques concernant les statistiques

  • La statistique annuelle des accidents de la route se fonde sur le registre des accidents de la route de l’OFROU, où sont recensés les accidents survenus sur la voie publique impliquant au moins un véhicule (motorisé ou non) ou un piéton et un engin assimilable à un véhicule. Sont comptabilisées parmi les tués les personnes décédées des suites d’un accident sur le lieu du drame ou dans les 30 jours suivant l’incident.
  • En 2015, la définition des blessés graves a été modifiée et deux nouvelles catégories ont été créées : les « blessés en danger de mort » et les « blessés sérieux ». Cette définition plus précise permet d’établir une classification claire et univoque des blessés graves. Du fait de la modification de la définition, il faut s’attendre à une légère baisse des chiffres dès 2015 par rapport aux années précédentes.